Piment Noir Wiki

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
en:un_uzi_qui_jazze [2014/09/12 11:39]
fraggle
en:un_uzi_qui_jazze [2016/05/01 17:48] (Version actuelle)
fraggle
Ligne 3: Ligne 3:
 Une armée en déroute se love autour d'une larme de terre. Un étal de visages meurtris porte dans un silence assourdissant le souvenir rougeoyant des champs des batailles passées. Seul Roberto vient perturber le silence.\\ Une armée en déroute se love autour d'une larme de terre. Un étal de visages meurtris porte dans un silence assourdissant le souvenir rougeoyant des champs des batailles passées. Seul Roberto vient perturber le silence.\\
 Les hommes suivent en cadence le cliquetis de l'âme de leurs armes sans même s'en rendre compte. Le sang des hommes se répand tel un fleuve en ce temps, hurlant de cent milles voix défuntes. Seul Roberto persifle pour couvrir leurs hurlements sourds. Le bord de mer gercé d'​écumes épouse la larme de terre des hommes en armes. Une douce brise marine nettoie les visages de leur péchés.\\  ​ Les hommes suivent en cadence le cliquetis de l'âme de leurs armes sans même s'en rendre compte. Le sang des hommes se répand tel un fleuve en ce temps, hurlant de cent milles voix défuntes. Seul Roberto persifle pour couvrir leurs hurlements sourds. Le bord de mer gercé d'​écumes épouse la larme de terre des hommes en armes. Une douce brise marine nettoie les visages de leur péchés.\\  ​
-Aucun leader n'est à la tête des hommes et un élan de liberté s'​empare de la tribu disparate de tueurs improvisés. La tendre caresse iodée sur les joues des soldats les emporte dans une délicieuse torpeur qui signe la fin de leur supplice. Les quelques réfractaires encore dans les rangs qui se sentent toujours investis d'une mission meurtrière ​peu divine ​se regroupent pour discuter de l'​avenir de la troupe accidentelle de déserteurs. Las des combats sifflants, criants et sanglants, les autres se taillent un costard d'eau de mer sur leur tenu. Leurs armes gisent enfin inertes à l'​orée de l'​eau.\\ +Aucun leader n'est à la tête des hommes et un élan de liberté s'​empare de la tribu disparate de tueurs improvisés. La tendre caresse iodée sur les joues des soldats les emporte dans une délicieuse torpeur qui signe la fin de leur supplice. Les quelques réfractaires encore dans les rangs qui se sentent toujours investis d'​une ​infernale ​mission meurtrière se regroupent pour discuter de l'​avenir de la troupe accidentelle de déserteurs. Las des combats sifflants, criants et sanglants, les autres se taillent un costard d'eau de mer sur leur tenu. Leurs armes gisent enfin inertes à l'​orée de l'​eau.\\ 
-Un épais plafond de nuages aux formes compactes et rondes s'​annonce au fond des regards des hommes s'​agenouillant dans les eaux salées. Il s'​avance négligemment et se vêt des lisses couleurs grisâtres ​des mornes ​temps. Il s'​annonce dans un bruit éclatant, dans des jets de lumière sourde lézardant le néant.\\ +Un épais plafond de nuages aux formes compactes et rondes s'​annonce au fond des regards des hommes s'​agenouillant dans les eaux salées. Il s'​avance négligemment et se vêt des lisses couleurs grisâtres ​d'un morne temps. Il s'​annonce dans un bruit éclatant, dans des jets de lumière sourde lézardant le néant.\\ 
-Les ondes de l'​été s'​abattent sur les hommes en gouttes fines. Elles épanchent les soifs de l'​instant présent. Elles font renaître de vertes visions ​dans les mémoires. Elles caressent sans discernement les honnêtes comme les brigands. Elles serpentent sur les cailloux qui jalousent la terre de ne pouvoir les goûter à leur gré. Les chatoiements des reflets vermeils des courants profonds ​effleurent ​la surface ridée de l'eau salée. La masse dense des nuages où se reflètent les vagues filantes se meut tandis que les hommes s'​abreuvent de leurs ondes salvatrices.\\ +Les ondes de l'​été s'​abattent sur les hommes en gouttes fines. Elles épanchent les soifs de l'​instant présent. Elles font renaître de vertes visions ​de leurs mémoires. Elles caressent sans discernement les honnêtes comme les brigands. Elles serpentent sur les cailloux qui jalousent la terre de ne pouvoir les goûter à leur gré. Les chatoiements des reflets vermeils des courants profonds ​illuminent ​la surface ridée de l'eau salée. La masse dense des nuages où se reflètent les vagues filantes se meut tandis que les hommes s'​abreuvent de leurs ondes salvatrices.\\ 
-Le nouveau terrain de jeu des vasques humaines est tel un ruisseau ondulant sous les peurs des temps ainsi délavés ​des incertaines heures à venir. Un doute arborescent fleurit d'indécises guirlandes ​les gestes et les pensées des jarres humaines.\\  +Le nouveau terrain de jeu des vasques humaines est tel un ruisseau ondulant sous les peurs du temps des incertaines heures à venir. Un doute s'insinuent dans les gestes et les pensées des jarres humaines. Il grandit.\\  
- - Hey ! Allons-nous s'en vers les collines, ​lances ​Roberto trempé jusqu’aux os, s'​improvisant une âme de leader. \\+ - Hey ! Allons-nous s'en vers les collines, ​lance Roberto trempé jusqu’aux os, s'​improvisant une âme de leader.\\
 Les hommes n'​entendent pas l'​appel de Roberto et continuent pour la plupart leurs savoureuses ablutions.\\ ​   Les hommes n'​entendent pas l'​appel de Roberto et continuent pour la plupart leurs savoureuses ablutions.\\ ​  
 - HEY ! Partons donc vers la terre !\\  - HEY ! Partons donc vers la terre !\\ 
 Petit à petit la rhétorique du dernier combat, semblable à un vautour, s'abat sur la troupe. Elle quitte tel un joyau caché des yeux sa confortable couche pour se soumettre aux esprits des combattants. Elle se repaît de sa solitude perdue. Elle n'est pas encore implanté dans les intellects des guerriers.\\ Petit à petit la rhétorique du dernier combat, semblable à un vautour, s'abat sur la troupe. Elle quitte tel un joyau caché des yeux sa confortable couche pour se soumettre aux esprits des combattants. Elle se repaît de sa solitude perdue. Elle n'est pas encore implanté dans les intellects des guerriers.\\
-Les formes des collines débarquent sur le radar du cœur des hommes. Elles dessinent dans le ciel des seins dorées. ​ +Les formes des collines débarquent sur le radar des hommes. Elles dessinent dans le ciel ébahi de traits de pluie des seins dorées. ​Les hommes serpentent vers les imposantes mamelles sur un sentier de terre défoncée et humide. Leurs pas portent encore les fatigues hésitantes de nombreuses nuits sans sommeil. Des mâchoires entrouvertes suivent le mouvement que chaque pas inflige à la troupe. Elles croquent d'un air de rien un met exquis qui ne sait que déserter : le vent.\\ 
 +La troupe se rapproche du sommet de la colline qui leur était la plus proche. Elle porte ses habits d'​été où la végétation la recouvrant est meurtrie par la chaleur et le soleil. Elle porte un jaune accueillant.\\ 
 +Roberto, qui avait pris la tête du cortège, s'​arrête et contemple la colline de tous cotés en effectuant un pas de danse. Il s'​assied à même le sol et caresse les brins d'​herbe séchés qui bordent le chemin. Dans un geste de défiance, ils se courbent vers le sol pour échapper à son étreinte.\\ 
 +Pas un arbre à l'​horizon,​ seul la mer et des vallons jaunis à perte de vue. Roberto soupire.\\ 
 +La troupe s’amasse lentement sur les hauteurs et se répand dans les près alentours. ​   ​