en:un_uzi_qui_jazze

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
en:un_uzi_qui_jazze [2016/04/24 22:30]
fraggle
en:un_uzi_qui_jazze [2016/05/01 17:48] (Version actuelle)
fraggle
Ligne 11: Ligne 11:
 - HEY ! Partons donc vers la terre !\\  - HEY ! Partons donc vers la terre !\\ 
 Petit à petit la rhétorique du dernier combat, semblable à un vautour, s'abat sur la troupe. Elle quitte tel un joyau caché des yeux sa confortable couche pour se soumettre aux esprits des combattants. Elle se repaît de sa solitude perdue. Elle n'est pas encore implanté dans les intellects des guerriers.\\ Petit à petit la rhétorique du dernier combat, semblable à un vautour, s'abat sur la troupe. Elle quitte tel un joyau caché des yeux sa confortable couche pour se soumettre aux esprits des combattants. Elle se repaît de sa solitude perdue. Elle n'est pas encore implanté dans les intellects des guerriers.\\
-Les formes des collines débarquent sur le radar des hommes. Elles dessinent dans le ciel d'un trait ébahi ​par la pluie des seins dorées. Les hommes serpentent vers les imposantes mamelles sur une route de terre défoncée et humide. Leurs pas portent encore les fatigues hésitantes de nombreuses nuits sans sommeil. Des mâchoires entrouvertes suivent le mouvement que chaque pas inflige à la troupe. Elles croquent d'un air de rien un met exquis qui ne sait que déserter : le vent.\\ +Les formes des collines débarquent sur le radar des hommes. Elles dessinent dans le ciel ébahi ​de traits de pluie des seins dorées. Les hommes serpentent vers les imposantes mamelles sur un sentier ​de terre défoncée et humide. Leurs pas portent encore les fatigues hésitantes de nombreuses nuits sans sommeil. Des mâchoires entrouvertes suivent le mouvement que chaque pas inflige à la troupe. Elles croquent d'un air de rien un met exquis qui ne sait que déserter : le vent.\\ 
-La troupe se rapproche du sommet de la colline la plus proche. ​  ​+La troupe se rapproche du sommet de la colline ​qui leur était ​la plus proche. ​Elle porte ses habits d'​été où la végétation la recouvrant est meurtrie par la chaleur et le soleil. Elle porte un jaune accueillant.\\ 
 +Roberto, qui avait pris la tête du cortège, s'​arrête et contemple la colline de tous cotés en effectuant un pas de danse. Il s'​assied à même le sol et caresse les brins d'​herbe séchés qui bordent le chemin. Dans un geste de défiance, ils se courbent vers le sol pour échapper à son étreinte.\\ 
 +Pas un arbre à l'​horizon,​ seul la mer et des vallons jaunis à perte de vue. Roberto soupire.\\ 
 +La troupe s’amasse lentement sur les hauteurs et se répand dans les près alentours. ​   ​
  • en/un_uzi_qui_jazze.1461529832.txt.gz
  • Dernière modification: 2016/04/24 22:30
  • par fraggle